Parc territorial Kugluk (Bloody Falls)

Aperçu

Établi sur la rive occidentale de la rivière Coppermine, à treize kilomètres au sud-ouest de l'agglomération de Kugluktuk, le parc territorial Kugluk/Bloody Falls a une superficie de 8,5 km carrés englobant des terres luxuriantes le long d'un étroit chenal aux rapides tonnants et bouillonnants, et parsemés de contre-courants. Ce lieu unique, connu sous le nom de Kugluk en dialecte inuinnaqtun, est riche d'histoire; les ancêtres, tant des Inuits que des Dénés, ont occupé cet endroit sur une période remontant à plus de 7 000 ans. Voyageant le long du corridor créé par la rivière Coppermine et attirées par l'abondance des ressources du lieu, de nombreuses cultures ont tour à tour pris racine en cet endroit nommé Kugluk (Bloody Falls). Les poissons remontant la rivière sont forcés de passer par cet étroit chenal; il était donc facile, posté sur la grève, de les attraper avec les crochets et les harpons traditionnels.

Au pied des chutes se trouve une aire de campement, utilisée depuis des siècles, appelée « Onoagahiovik » en inuktitut qui signifie « l'endroit où passer la nuit ». On comprend que ce lieu est propice à la pêche!

La prospection à la recherche de dépôts de cuivre et de routes commerciales intérieures ainsi que la quête du fameux passage du Nord-Ouest ont aussi amené de nombreux Européens dans ce secteur, y compris Samuel Hearne, John Franklin et bien d'autres, depuis plus de 200 ans. Les journaux de ces explorateurs parlent d'un paysage vierge aux caractéristiques géologiques spectaculaires, doté d'une faune sauvage abondante et de panoramas saisissants; heureusement inchangés à ce jour. C'est un sombre événement de 1771, noté dans le journal de Samuel Hearne, qui donna son nom anglais à l'endroit. En effet, les guides Chipewyan de Hearne attaquèrent brutalement un groupe d'Inuits qui se trouvait aux environs. Par la suite, l'histoire de « Bloody Falls » s'inscrivit dans les livres d'histoire européens. Le parc territorial Kugluk (Bloody Falls) est encore à ce jour une importante source de nourriture pour les habitants de Kugluktuk qui viennent y chasser et y pêcher régulièrement.

Attraits

Le paysage du parc se caractérise par sa toundra vallonnée, ponctuée ici et là d'escarpements et d'affleurements rocheux. À proximité de la rivière, des falaises escarpées et des collines sablonneuses descendent dans la vallée en formant des paliers. Du sommet de la plus haute colline du parc, on aperçoit au loin l'océan Arctique et l'agglomération de Kugluktuk. Les chutes constituent le principal attrait du parc. Là, les rochers et les falaises transforment la rivière en torrent bouillonnant qui fonce entre les parois étroites. En amont et en aval de ce point, la rivière s'élargit, et la toundra accidentée remonte la rive vers un enchainement de collines et de plateaux.

Au printemps, au moment de la débâcle, la rivière inonde les terres entourant les chutes. En été, la toundra se pare d'un riche couvert végétal, présentant une impressionnante variété de fleurs sauvages qui s'offrent en spectacle aux visiteurs. La floraison débute à la fin juin, la toundra s'endimanche alors d'une myriade de couleurs vives durant trois ou quatre semaines. Vers la fin août, le décor verdoyant de l'été tourne au jaune doré.

L'une des espèces les plus intéressantes à observer ici est le senecio lugens. Dès 1821, le chirurgien naturaliste John Richardson a documenté la présence de cette plante sur le site, qu'il visitait dans le cadre de l'expédition de Franklin, le long de la rivière Coppermine (laquelle visait à trouver le légendaire passage du Nord-Ouest). Ce séneçon, aux allures de petite marguerite jaune, possède des feuilles dont les pointes sont noires, et c'est ce qui explique le nom donné par Richardson, un emprunt du latin lugeo « je pleure la mort », en mémoire du massacre commis en ce lieu.

Tout au long de l'été, des aigles royaux survolent la rivière; ils font leur nid le long des falaises escarpées près des chutes ainsi qu'en d'autres endroits le long du cours d'eau. Au nombre des autres rapaces pouvant être aperçus, mentionnons la butte pattue, le faucon pèlerin et le faucon gerfaut. Parmi les autres oiseaux fréquentant les falaises, notons une multitude d'hirondelles qui nichent sous les corniches rocheuses à proximité des chutes.

Si vous longez les berges boueuses situées au haut ou au bas des chutes, soyez à l'affût de pistes d'animaux. Au printemps et à l'automne, le caribou de la toundra migre à proximité immédiate de l'endroit. De temps à autre, on observe aussi des caribous en été, dans le parc ou le long du sentier venant de Kugluktuk.

La toundra des environs sert d'habitat pour le grizzli de Richardson. Les risques de croiser cet animal sont faibles, bien qu'il fréquente la zone. La prudence est donc de mise. Lorsque vous faites du camping, rangez bien votre nourriture à l'écart de la tente, veillez à nettoyer les foyers et à en retirer toute trace de nourriture et rapportez tous vos déchets en quittant le parc. Pour en savoir plus à propos des ours, adressez-vous au bureau du ministère de l'Environnement à Kugluktuk ou au bureau du hameau.

Bureau du ministère de l'Environnement à Kugluktuk :
Tél. : (867) 982-7450

Bureau du hameau de Kugluktuk :
Tél. : (867) 982-6500

Étant près de la limite des arbres, autant les ancêtres des Inuits que ceux des Dénés ont chassé et pêché aux environs des chutes Bloody au cours des millénaires. Les données archéologiques recueillies dans le parc Kugluk (Bloody Falls) montrent que plusieurs groupes ont été attirés dans la région à cause de l'abondance de ses ressources. Les divers sites archéologiques du parc portent la marque des Taltheilei (ancêtres des Dénés), des Prédorsétiens, des Dorsétiens, des Thuléens et des Inuits du cuivre. Divers groupes d'autochtones ont passé l'hiver dans des camps, d'autres sont restés pour quelques semaines de chasse et de pêche, d'autres enfin semblent s'y être arrêtés le temps d'un repas et de réparer leur équipement.

Tout comme par le passé, Kugluk (Bloody Falls) s'avère important pour les Inuits d'aujourd'hui. Les gens de la collectivité de Kugluktuk ont un intérêt manifeste pour la préservation de cet environnement exceptionnel qui est demeuré inchangé et sauvage malgré le fait qu'il ait été occupé et qu'il ait nourri ces peuples depuis des millénaires.

Comment s'y rendre

Se rendre à Kugluktuk

First Air et Canadian North offrent des vols vers Kugluktuk au départ de Yellowknife.

Se rendre au parc territorial Kugluk (Bloody Falls)

Des pourvoyeurs licenciés de Kugluktuk peuvent amener les visiteurs pour une excursion d'une demi-heure en bateau. Cependant, le faible niveau de la rivière Coppermine, surtout en août et septembre, peut exiger une marche de deux kilomètres jusqu'aux chutes Bloody. Durant la période où la neige est absente, on peut aussi accéder au parc en véhicule tout-terrain depuis Kugluktuk.

Durant l'hiver, il est fortement recommandé de se faire accompagner d'un pourvoyeur connaissant bien la région. La neige poussée par les vents masque les repères et bien que les chutes et la rivière soient gelées, l'eau coule toujours sous la surface rendant les conditions de glace extrêmement dangereuses.

Pour plus d'information, veuillez consulter le site Web de Parcs Nunavut :

nunavutparks.ca/french/parks-special-places/kugluk-bloody-falls-territorial-park/overview.aspx

Inscrivez-vous à notre infolettre